Clichés et réalités

Enfant France baguette Les clichés sont partout, mais les clichés seraient discriminatoires, donc à manipuler avec précaution. Je reste le premier à dire qu’il faut protéger l’exception. Pourtant, ne plus voir que des exceptions devient finalement une vision individualiste relativiste et bisounours, empêchant tout travail sociologique et comportemental. Car celui-ci nécessite pourtant forcément de faire quelques généralités et d’observer les Hommes autant à l’échelle de groupements ethniques ou culturels qu’à l’échelle d’individus.

Le cliché n’est pas forcément négatif. En fait, à l’origine, il est neutre. C’est un petit point de repère, une petite image que l’on se forge d’une personne ou d’une culture. Et surtout, bien qu’imparfait, il n’est pas toujours faux, il donne simplement une idée, traduit une impression générale basée sur des observations ou des ressentis. Il peut permettre de faire rêver ou de se méfier, de plaisanter ou de respecter, etc. Il peut en effet être positif et avantageux comme par exemple lorsqu’un Japonais songe au romantisme de Paris ou des Français, ou inversement lorsqu’un Français se figure la finesse de la culture Japonaise et la douceur de sa gestuelle traditionnelle, ou que l’on pense au sérieux légendaire d’un Nordique ou à la chaleur exagérée d’un Italien… Evidemment ceux-là passent bien car ne sont en rien dérangeants, puisque mélioratifs, tout comme le cliché selon lequel les noirs sont meilleurs à la course et les blancs en natation (prouvé récemment pour raisons physiologiques), qui se digère encore à peu près, surtout s’il est cité dans ce sens précis.

Je me défendrai pourtant toujours d’une vision bisounours basée soit uniquement sur le mélioratif en évitant l’autre face de la réalité, soit uniquement sur l’individualiste en ne voyant, en chaque exemple négatif, qu’un phénomène isolé non représentatif. Il faut certes à tout prix savoir le faire pourtant, savoir protéger l’exception, mais aussi savoir ne pas se priver stupidement des évidences. C’est un principe.

Là où les médias tentent cependant de créer de la généralisation, c’est lorsqu’il s’agit de la dégradation du civisme et de la sécurité en France. Si les actes d’incivisme, d’homophobie, de violence, d’irrespect, etc., augmentent, « l’évolution des Français » voudrait cela, ceux-ci seraient « de moins en moins respectueux de l’autre ou des règles« . Cette manière d’amener la chose est seulement une manière de diluer les problèmes et les responsables parmi tous les Français, comme si le comportement de tous se dégradait soudainement pour de mystérieuses et irrémédiables raisons. C’est souvent faux, et souvent utilisé pour mettre d’autres problèmes, d’autres clichés, plus vrais ceux-là, sous le tapis.

On sait très bien par exemple que le nombre de personnes sautant les barrières pour ne pas payer les transports publics a explosé ces dernières décennies. Eh bien ce n’est pas dû à la naissance ou à l’apparition soudaine d’un irrespect notable chez les Français. A moins d’être aveugle, on sait bien qu’il s’agit dans plus de 90% des cas de petites racailles allogènes égoïstes et consuméristes (il saute la barrière pour laisser les Français payer mais sort son I-Phone juste après…), dans une proportion assez faible il s’agit d’un Français de souche et dans une proportion quasiment non mesurable d’un asiatique.

femmes harcelement de rueOn sait très bien aussi que le nombre de harcèlements, d’agressions verbales et physiques des femmes dans certaines villes et certains quartiers est en augmentation exponentielle ces dernières décennies.  Ce qui a été retenu c’est que « les Français sont de moins en moins respectueux« , ou même qu’il s’agirait « de la résurgence d’un machisme historique très français » ! Rien de moins qu’une insulte au pays du romantisme et de l’amour courtois qui date au moins du moyen-âge et du respect de la femme qui date d’époques immémoriales. Tout le monde sait, heureusement, qu’il ne s’agit presque exclusivement que d’allogènes Africains et généralement musulmans, qui ne font qu’exporter leurs coutumes (on pense à l’Egypte par exemple mais c’est pareil dans les pays voisins), presque consuméristes face à des femmes occidentales consommables et jetables (selon eux), qu’on aguiche, qu’on suit, qu’on persécute, puis qu’on insulte violemment si elles se refusent. A longueur de journées. Hors exceptions ce n’est certainement pas le style d’un Français moyen, désolé, ni d’un asiatique, mais ça heureusement la plupart des gens en sont conscients.

racaille baise la FranceOn sait très bien aussi, merci aux médias, que les actes homophobes ainsi que les actes antisémites sont en explosion depuis quelques décennies. Les raisons avancées, là aussi, c’est bien sûr que les Français en général ont toujours été homophobes et antisémites (rappel des heures les plus sombres), et qu’il s’agit d’une résurgence due à un certain climat d’impunité…  On sait pourtant, certaines statistiques le prouvent mais l’observation ou la discussion suffisent, que cette explosion est quasi-exclusivement due aux populations musulmanes qui nourrissent à la fois l’un des plus grands ressentiments vis à vis des homosexuels imaginables (pour ne pas dire un dégoût aux relents haineux) mais aussi l’un des taux d’antisémitisme historique les plus élevés qui soient au sein d’une communauté, n’hésitant d’ailleurs pas à critiquer, insulter et agresser à tour de bras. Mais bon, là aussi un coup au mixeur des statistiques, et hop, c’est en moyenne « une augmentation parmi les français« , incluant les Français de souche ainsi que les asiatiques par exemple, alors que ces deux derniers n’ont que fort rarement quelque chose à voir là-dedans. Les racailles allogènes sont aussi les plus racistes lorsqu’elles s’attaquent aux blancs et leurs symboles en toute impunité tandis que le Français, s’il ose, risque gros (associations diverses, justice, etc.). (Sondage d’homophobie dans le foot racaille)

Vol touriste japonais roms ParisOn pourrait parler de l’explosion des vols sur les Français ou sur les touristes, et en déduire que les Français deviennent infréquentables pour les gens qui viennent nous rendre visite, mais là, tout le monde sait bien que l’explosion des statistiques est due à certaines communautés précises d’Europe orientale (ou d’allogènes banlieusards s’il s’agit d’être violent avec une vieille dame), et il serait heureusement assez difficile de faire avaler aux Français qu’il s’agit d’une explosion chez les Français de souche ou chez les asiatiques. Attention cependant, le cliché engendre ici un amalgame : lorsque l’on songe aux Roms de Roumanie, on accuse parfois la Roumanie et les Roumains. Ces peuples n’ont pourtant rien à voir, les Roms seraient géographiquement issus d’une région d’Inde, vivant en différents endroits du monde incluant la Roumanie, rien à voir alors avec les Roumains ou les Bulgares qui, pour beaucoup, les ont en horreur. J’ai parmi mes amis quelques orthodoxes dont des Roumains témoignant régulièrement très sévèrement contre les Roms (« véritable peuple de voleurs« , etc.), et relatant que les Roms, qui vont jusqu’à « voler les gâteaux de pâque des fidèles dans les églises durant les cérémonies« , sont extrêmement mal considérés (pour ne pas dire détestés tant certains mots sont violents) par les autochtones. Le cliché des voleurs de poule se porte bien. Saviez-vous que l’on retrouvait des Vélibs parisiens chez des Roms jusqu’en Roumanie (notez, on en retrouve aussi au Mali par exemple) ?

De même du reste des incivilités, par exemple à l’hôpital, ou de plus en plus d’hommes deviennent violents à l’idée qu’un médecin homme ausculte leur femme… Pardonnez-moi mais je ne vois pas bien comment et pourquoi les Français de souche pourraient avoir soudain un problème avec ça, par contre, suivez mon regard… Certains y seraient potentiellement nettement plus prompts. De même aussi des salles de cinéma, où certains allogènes (rarement asiatiques, surtout si rarement veut en fait dire jamais), notamment en groupe, sont souvent les plus bruyants et laissent des quantités astronomiques de pop-corn et autres détritus sous les sièges. Bref, de l’irrespect pur et dur. Ce dernier exemple est une allégation sans preuve mais il suffit de l’avoir vécue quatre ou cinq fois pour trouver que les statistiques deviennent assez peu négligeables… Et l’exemple est assez parlant.

On peut apporter d’autres exemples qui permettent de varier les situations : dans le 13ème arrondissement, moins de 5% (et en étant gentil) des voitures conduites par un asiatique ne laissent passer les piétons, et ces conducteurs fort égoïstes du volant ne portent généralement même pas le moindre regard aux passants concernés, comble d’une froideur légendaire, à moins que ceux-ci ne forcent le passage.

racaillesOn peut penser aussi aux chiffres de la délinquance légère ou violente, qui sont bien illustrés par nos amis allogènes dans les banlieues ou dans les prisons (70% des détenus en France seraient musulmans), alors même qu’il n’y a pas d’augmentation particulière du nombre de Français de souche et qu’il n’y a pratiquement aucun asiatique concerné. (Exemple de chiffres qui font mal : à Bonn, 90% des délinquants sont d’origine immigrée.)

Un autre cliché assez représentatif d’une réalité concerne les manifs de mal-logés en colère ou quémandant de l’argent, ou encore réclamant de la discrimination positive, manifs composées, à quelques gauchistes près, d’allogènes Africains, tandis que les Asiatiques s’en sortent très bien tout seuls, merci pour eux, et que les SDF sont le plus souvent des Français de souche peu défendus, tant pis pour eux. Et pendant ce temps presque aucun allogène dans les manifs pro ou anti mariage pour tous, démontrant l’absence totale d’intérêt pour l’évolution de notre civilisation.

On pourrait aussi parler de ceux qui foncent en zig zag sur les voies rapides d’Île de France, véritables dangers publiques extrémistes de l’égoïsme, et freinent brusquement juste devant si on a le malheur de leur faire le moindre appel de phare. Ceux-là sont difficilement des asiatiques et quand même assez rarement des Français de souche, vous avez certainement déjà pu le constater.

Je passe sur une liste d’exemples qui pourraient s’allonger indéfiniment. L’intérêt n’était pas ici de dédouaner les Français de souche, on de les porter aux nues de la sainte perfection. Non, l’intérêt était cependant de les défendre face à des opinions médiatiques qui les mettent sans cesse forcément dans le même sac, alors que l’incivisme ou la violence de ceux-ci n’a pratiquement pas évoluée au cours des dernières décennies, et qu’au contraire, ceux-ci sont même plutôt les victimes. Tout ça pour protéger quelques minorités instables et faciles à offusquer. Ces agresseurs, s’ils sont montrés du doigt, sont rapidement défendus par une bien-pensance alerte qui rétorquera que « ce sont des clichés, et c’est discriminant ! » Non, désolé, il faut savoir asséner les vérités lorsque c’est nécessaire. Certains clichés parlent.

A.C.M

En plus ça coûte cher. Il est loin le temps où tous les parisiens laissaient leur clé sous le paillasson comme dans les années 50 :

cout de la delinquance France 30 milliards

Voir aussi : Violences, la faute aux banlieues ?

Cet article, publié dans Société & sociologie, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s