Hooligans vs Casseurs

 Juste après les récents événements des « casseurs du PSG » les médias se sont dépêchés d’accuser les ultras du PSG puis plus généralement les bandes de hooligans. Après qu’il fut devenu évident et qu’il fut même prouvé qu’il ne s’agissait en rien d’ultras ni même de footeux mais juste de casseurs de banlieue, il a suffi ensuite de quelques jours pour que diverses émissions et reportages fleurissent sur les bandes ultra-violentes de hooligans français et européens, souvent racistes et tutti-quanti. Comme s’il fallait se dépêcher de dire « regardez, chez nous aussi on a des violents de souche ». Puisqu’on ne peut plus cacher qu’il s’agit de bandes de banlieusards issus de l’immigration on sort une dernière cartouche, dire que les blancs aussi peuvent être comme ça, voir pires. Hooligans et casseurs n’ont pourtant rien à voir.

emeutes PSG 2013

Prenons, pour l’exemple, les hooligans parmi les plus actifs. Ces derniers sont violents, ils ont besoin d’en découdre, et le foot ne devient même souvent plus qu’un prétexte. Et quoi ? Que font-ils ? Ils se battent, certes, et déclarent même prendre ainsi leur dose d’adrénaline. Seulement, il faut rappeler deux simples choses :

Premièrement, ce type de besoin de violence n’est pas l’apanage du seul « camp du mal ». Et même, ai-je envie de dire, loin de là. Le camp du bien, malgré ses idées tantôt humanistes, tantôt anti-fascistes, possède aussi ses besoins de violence. On se souviendra par exemple des antifascistes (communistes et compagnie) de Lyon débarquant soudainement à la Traboule (siège des identitaires) armés de manches de pioche dans l’espoir pur et simple d’en découdre sévèrement. Il n’y a pas non plus à regarder loin pour constater combien les drapeaux noirs des fins de cortèges sont violents. Ou combien dérapent les manifs d’ultra-gauchistes. Bref, ce type de violence existe de chaque côté.

emeutes PSG 2

Deuxièmement, et c’est là le plus important, la différence entre les natures des violences. Celle des hooligans est une pure expulsion de violence par la confrontation avec une bande rivale. Je n’irai pas jusqu’à dire que c’est sportif, n’exagérons rien, mais lorsque deux clans s’affrontent, cela ressemblerait presque à deux équipes en affrontement à la loyale. En effet ceux-ci se donnent généralement rendez-vous à en endroit fixe, fixent des règles de propreté sportive (ne pas frapper un homme à terre,…) plus ou moins respectées, et se battent uniquement entre eux, quitte à devoir ensuite en découdre avec la police. Et maintenant, qu’en est-il des casseurs ? Ces derniers, en provenance directe de leurs quartiers, profitent de chaque manifestation festive de ce type pour descendre sur Paris dans l’intention unique de détruire, de saccager, d’attaquer la police, de voler, de piller, de brûler, de briser,  d’humilier, d’insulter, etc., le tout en hurlant quelques « nique la France », « sales français » et autres « vive les arabes ! » parfois devant les caméras (comme il y a quelques jours) et en déployant bien des drapeaux ça et là. Le comportement de ces derniers est un millier de fois plus sauvage et agressif puisque leurs desseins délétères sont tournés presque exclusivement envers la France, ses autochtones, ses symboles et ses institutions. Dès qu’ils ont la sensation de pouvoir prendre une sorte de revanche imaginaire, ils foncent, et viennent une fois de plus coûter des millions au contribuable, piller et agresser les passants, défigurer la ville et humilier la France face aux touristes, comme avec ce car de Japonais littéralement vidé tel une diligence. Ces pauvres Japonais,  aux meurs si fines, et qui déjà subissent le fameux syndrome de Paris, doivent réellement avoir la sensation que l’on perd soudain en France le contrôle de nos zoos, de nos bêtes sauvages. Et ce cas n’est en rien isolé, rappelez vous des touristes Chinois récemment, et de bien d’autres. Quelle honte ! Une honte internationale… Et ils aiment ça. La racaille se délecte infiniment de l’humiliation de la France, jouissant d’une pseudo loi tribale du plus fort, du plus agressif. De dominant jamais détrompé.

Je ne soutiens en rien les hooligans, mais les comparer à ces hordes anti-France, c’est insulter tous les Français, car bien peu de ceux-ci attaqueraient ainsi leur propre foyer. Bien peu d’entre eux brûleraient leur demeure millénaire.

A.C.M

1 million d’euros de dégâts pour ces deux petites nuits d’émeute. « Songez que la Mairie de Paris avait réclamé aux responsables de la pacifique Manif pour tous la coquette somme de 100.000 euros pour avoir seulement foulé la pelouse du Champ-de-Mars, le 13 janvier dernier ! » (un élu UMP de Paris).

Publicités
Cet article, publié dans Société & sociologie, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Hooligans vs Casseurs

  1. Pivoine dit :

    La veille de ces émeutes au Trocadéro, M6 avait diffusé un reportage sur les hooligans, en les qualifiant de fascistes, etc… Bizarre…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s