Joyeux Noël…

maison neige noëlNoël. La neige qui tout doucement a recouvert les choses d’une couverture de douceur et de silence. Le ciel étoilé, les rues et les maisons illuminées qui lui répondent en milliers de lucioles. A travers la fenêtre jaunie de chaleur d’une chaumière enneigée perce une ambiance en tous points festive et chaleureuse. Passé la porte et sa couronne de houx, tout est décoré à l’intérieur, des guirlandes scintillent sous les mouvements des bougies et du feu de cheminée devant lequel se prélasse le petit chat. L’épicéa, fier d’être aussi vert et d’abriter Jésus qui se débat en riant dans sa crèche, porte sur lui un résumé de toutes les étincelles de cette ambiance magicienne. Des enfants déchirent leurs papiers cadeaux sous le regard complice de parents comblés par cette part de rêve qui se fait encore jour chaque année. La bûche sucrée dénichée au marché de noël, à demi savourée, est encore sur la table. On n’a pas pris le temps de ranger, on aura bien le temps plus tard, pour l’instant c’est la fête. La neige recommence à tomber derrière la fenêtre et des chants d’enfants étouffés résonnent de tous les coins. Noël est au rendez-vous, comme chaque année.

Marché Noël BâleQue voilà bien des images d’Épinal et des clichés. Et pourtant, quel que soit le point de vue que l’on ait sur cette fête, qu’elle soit chrétienne, païenne, ou purement traditionnelle et familiale, elle existe éternellement dans le creux de la plupart des cœurs. Du moins dans ceux des Européens. Noël est une fête infiniment européenne et qui remonte à des époques bien plus lointaines que ne pourrait l’imaginer la plupart des gens. C’est un détail de notre civilisation et un pilier de notre culture à la fois. Aujourd’hui pourtant menacé.

Il y a de cela en effet 3.500 ans au moins, les celtes (et sans doute avant eux leurs ancêtres) fêtaient déjà le renouveau de la lumière à cette époque de l’année, Yule, (c’est en effet au moment du solstice que les jours rallongent enfin pour sortir de la période dite sombre), et la quasi totalité des symboles de notre Noël actuel remontent en fait à trois ou quatre millénaires. Il fut donc idéal pour les chrétiens, il y a environ 1650 ans, de reprendre ce moment pour célébrer la naissance d’un Jésus Christ porteur de lumière et de renouveau, sans que cela n’assassine des festivités millénaires. Le bon vieux sapin de noël est déjà de la partie lui aussi : le 24 Décembre tombe dans le mois lunaire de l’épicéa chez les Celtes, d’ailleurs arbre de l’enfantement. Cet arbre, symbole de vie, était même déjà décoré avec des fruits, des fleurs et du blé. Il a finalement bien peu évolué durant les millénaires. La bûche de noël représente un symbole aussi ancien. Il s’agissait pour les celtes et les germains d’une bûche de chêne conservée toute l’année durant et qui devait brûler douze heures, représentante de la lumière de la Terre, du feu sacré. Elle a pris plus tard sa place sur la table, avec quelques bougies, en raison de la diminution du nombre de cheminées dans les habitations.  De même, « La nourriture, la fraternisation, les gâteaux, la verdure et les sapins, les cadeaux et les souhaits soulignaient tous différents aspects de cette période de réjouissances. Les feux et les lumières, les symboles de chaleur et de longue vie, ont toujours été associés aux festivals d’hiver, autant païens que chrétiens » (Encyclopédie britannique). Idem pour le houx et le gui. Je n’irais donc pas jusqu’à détailler chacun de ces nombreux symboles, mais il est bon de se rappeler combien profond plongent leurs racines au cœur de notre identité.

Boule Noël sapinCette tradition, infiniment identitaire et infiniment profonde, est pourtant elle aussi menacée par le fléaux multiculturel. Déjà des écoles annulent le sapin de Noël. Des crèches annuelles sont abolies par laïcité. D’autres fêtes sont mises en parallèles afin de ne pas donner trop de poids à une fête trop européenne par rapport aux autres. Les petits enfants musulmans à l’école détruisent deux fois plus tôt le mythe du père Noël dans la tête de petits européens qui autrefois avaient le droit de rêver plus longtemps… Dans un monde où toute une partie de la population possède une culture si éloignée de la culture européenne les traditions frémissent. Chrétiennes ou non. Car au delà de l’aspect chrétien cette fête est une tradition européenne millénaire, racines qu’un autre peuple ne peut évidemment pas partager, ayant déjà les siennes, anciennes elles aussi. Si de plus nous ajoutons l’aspect chrétien, les frictions se font plus fortes encore, puisque sous couvert de laïcité multiculturelle ou simplement parce que certaines cultures se sentent agressées par un « déballage de christianisme traditionnel » (dans notre propre pays !), Noël, comme d’autres fêtes, se verra forcément chaque année plus attaqué, à force de nouvelles réclamations, et à mesure que grossissent des populations allogènes extrêmement lointaines culturellement.

C’est un point de détail pour certains. « Un peu moins de Noël », ça ne va pas nous tuer. Certes, mais c’est juste un exemple, parmi des centaines, des milliers. Et surtout c’est un exemple très fort, très puissant. Car il s’agit d’une de nos traditions les plus anciennes, à la fois chrétienne et païenne et remontant à nos peuples originels. C’est de plus, au delà de l’aspect trop économique actuel, un des fondements de notre civilisation, un de ces petits piliers qui touchent aux fondations et nous portent jusqu’à aujourd’hui. Une des pierres de notre organisation sociale. J’ai choisi cet exemple martyr parmi d’autres parce que c’est bientôt Noël, et qu’en attendant pire, je vous souhaite un joyeux Noël, tant que c’est encore possible.

A.C.M

Quelques liens tristement illustratifs…

Finistère (2013) : mais où est passée la crèche de Noël de Châteaulin ?
Pas de Père Noël à l’école «pour respecter les pratiques diverses des familles»
Noël : Contrairement à l’Aïd-el-Fitr, aucun communiqué sur le site de l’Élysée
Montargis (2012) : la visite du père Noël annulée par laïcité puis reprogrammée…
Surgères (2012) : La Fédération de la Libre pensée fait annuler la crèche vivante
Jacques Attali : Noël doit devenir la « fête des enfants »
«Neutralité» en Belgique (2009) : Saint Nicolas privé de croix
Oise (2010) : Une crèche de Noël interdite au nom de la laïcité
Leers (Nord) (2010) : la crèche de Noël créé la polémique
Champs-Élysées (2011) : le chemin de croix des santons…
Angleterre (2013) : un « souk » de Noël marocain
Bruxelles (2012) : « On veut un vrai sapin »
Le Père Noël interdit à Sarajevo à cause de la majorité musulmane (2008)
Noël à Cologne : crèche islamique à minaret intégré
Bruxelles : ne pas heurter les musulmans au palais de justice : décorations retirées
Amsterdam (2013) : Père Fouettard, un symbole raciste ? 
Amsterdam (2013) : le père Fouettard 2.0 débarque…
Le père noël transformé en pingouin pour éviter les connotations raciales ?
Crèches, décors ou églises vandalisés à Noël : ici, ici, ici, ici, ici, ou

Noël salon

Publicités
Cet article, publié dans Histoire & avenir, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Joyeux Noël…

  1. Le portulan te ment dit :

    « Les petits enfants musulmans à l’école détruisent deux fois plus tôt le mythe du père Noël dans la tête de petits européens qui autrefois avaient le droit de rêver plus longtemps  »
    Exactement vrai, mais rappelez-vous de ces « grands frères » qui, il y a plus de dix ans, nous prévenaient (les blancs) que leurs cadets étaient de vrais diables. C’était vrai, mais cela a eu une incidence sur nos cadets blancs, qui sont beaucoup beaucoup plus féroces que leurs aînés avec leurs frères humains d’outre-méditerranée.
    Et Joyeux Noël à vous, avec un impardonnable retard !

  2. Ping : Millénaires – Jusqu’où plongent nos racines ? | L'Identitaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s