Tout est identitaire

La France des régions

Qu’on le veuille ou non, il est un aspect si fondamentalement humain qu’il est partout et prend essence presque en chaque chose. Il s’agit de l’identité. Qu’on se dise la rejetant, ou quoi que ce soit d’équivalent, c’est se voiler la face, car tout ou presque est identitaire. Qu’il s’agisse de l’Histoire et de la manière de raconter une histoire, qu’il s’agisse des grands hommes d’une culture, qu’il s’agisse des paysages qui façonnèrent les hommes qui y vécurent, qu’il s’agisse d’un touriste en recherche de « so typical » et d’exotisme (donc d’identité exotique), du célèbre anonyme parisien avec sa baguette sous le bras ou du café matinal au quartier latin, de Versailles, de la vieille église qui dépasse de la brume derrière la forêt, qu’il s’agisse des élans héroïques d’un peuple ou d’un monarque, qu’il s’agisse des traditions régionales, d’un simple spectacle folklorique, qu’il s’agisse des milliers de légendes millénaires qui irriguent encore les livres et les films aujourd’hui, qu’il s’agisse de la réputation d’un pays, bonne ou mauvaise, qu’il s’agisse de sa manière d’agir sur le monde et de traiter la femme, qu’il s’agisse d’architecture, d’œuvres d’art, de jardins « à la française », d’une peinture typiquement « hollandaise », de « l’esprit italien » d’une voiture, d’une « ambiance » de marché de noël alsacien ou bavarois, du chêne centenaire dans le jardin, des huîtres fraîches de Cancale mangées directement sur la grève, de la poule au pot d’Henry IV, du montagnard qui flaire la météo avant qu’on l’annonce, du vigneron qui aime sa terre comme sa femme et son vin comme son fils, ou qu’il s’agisse même de noms de famille,… chaque fois il s’agit d’identité. Quelle que soit la culture dont il s’agit. Que ce soit des communautés regroupées dans un quartier et qui préservent ainsi une identité, du moindre musulman vêtu de bas en haut d’une djellaba et de babouches, qu’il s’agisse de la position dominante d’un minaret aux pierres finement taillées… Il s’agit toujours d’identité, revendiquée pour ces derniers.

Jusqu’aux tréfonds intellectuels du pire des gauchistes révolutionnaires et soi-disant contre-identitaire, qui en fait, bobotique, se nourrit du matin au soir de la culture des autres, du folklore des autres, folklore si fascinant qu’il l’accroche à chaque mur de son salon, à chaque phrase de ses soirées, à chacune de ses idées politiques, il s’agit en fait d’identité. Cet homme-là est un pur produit identitaire. Il est même presque exagérément identitaire, tellement il en parle, tellement il «s’ouvre », tellement « tout ça c’est fascinant », tellement il voyage et nage entre les peuples et les cultures, donc entre les identités. C’est simplement qu’il pense devoir rejeter la sienne, imaginant sans doute stupidement que l’identité n’est rien d’autre qu’un chauvinisme français borné et fermé et même fascisant. Tandis qu’au fond, à cette vue, c’est cet homme-là qui semble le plus intolérant, ne vivant que par le lointain et rejetant les siens, et donc ses ancêtres, parfois violemment.

L’identité est partout et irrigue sans cesse le cœur des hommes. Elle agit pareillement à un phare, un repère, une borne, afin que chaque individu sache se situer. Qui ne connait la détresse que subissent certains individus métis, même célèbres ? Ou même de ce problème récurrent du fils d’immigré extra-européen, né ici mais se sentant mal adapté, et qui songe à retrouver sa terre ancestrale mais qui se voit là-bas aussi rejeté parce que marocain de souche certes (par exemple) mais trop français à la fois ? Il s’agit là d’imprégnations identitaires. Ces imprégnations n’ont rien de violent, elles sont les même depuis la baguette croustillante sous le bras jusqu’à ce qu’inspire Vercingétorix, mais elles sont infiniment puissantes, quoi qu’on en dise, et placent bien des hommes sans racines, ou aux racines mêlées, dans une tourmente identitaire, étirés par plusieurs pôles magnétiques. C’est une des choses qui arrivent lorsque l’on ne respecte plus l’identité. Lorsqu’on la considère comme un concept dépassé, tandis qu’elle n’est en fait rien d’un « concept », d’une invention, comme pourrait l’être un concept politique, artistique ou idéologique, si provisoire, il s’agit là seulement de nature, de ce qui irrigua et guida le cœur des hommes au cours des millénaires, depuis que les peuples et les proto-civilisations existent, depuis le fond des âges. L’art et les cultures en sont les descendants.

L’identité est une richesse universelle. Le soleil est à chaque homme mais il éclaire partout différemment. Les particules de vent parcourent le monde entier mais emportent des odeurs qui en chaque endroit sont différentes. L’homme et la nature sont sur toute la surface de la terre mais partout les cœurs y ont grandis différemment. Les millénaires se sont chargés du reste et des îlots d’identité naquirent.

A.C.M

Mont Saint Michel brume

Voir aussi : A l’aide, je suis un identitaire !

Ce contenu a été publié dans Questions d'identité, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

4 réponses à Tout est identitaire

  1. erigbzh dit :

    Pardon mais votre carte est identitairement erronée. Elle fait figurer des régions administratives objectivement inexistantes (les pays de loire créés en 41, Poitou-charente, etc…) En lieu et place de nos vraies Provinces et Pays. Ma Bretagne est, sur cette carte, amputée du Pays Nantais ou se situe sa vraie capitale, Nantes. Une carte similaire reprenant les blasons de l’ancien régime et repsectant les limites des comtés, duchés et pays existe. S’il vous plait, remplacez!

  2. esclarmonde04 dit :

    Intéressant ce que vous écrivez – et je trouve de plus d’articles dans la blogosphère qui vont dans ce sens – mais êtes vous conscient que tout cela est probablement téléguidé de très haut, que les « gauchistes révolutionnaires » sont des marionnettes, mais aussi les politicards de l’UMP avec leur ridicule « débat sur l’identité nationale » il y a deux ans ? C’est en tout cas mon point de vue.
    La dernière phrase de votre article est très belle !

  3. esclarmonde04 dit :

    Le capitalisme a besoin de déracinés, d’individus atomisés prêts à aller n’importe ou sans communauté de coeur à laquelle s’accrocher que ce soit sa famille, sa région, son pays voire même son continent….
    La dernière phrase de votre article me plait beaucoup !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s